CAMEROUN :: Douala: « Bois des singes », dans l’enfer de l’enclavement :: CAMEROON

africa-news-headlines-boulevard

Présentée comme l’un des quartiers périphériques de Douala 2ème, cette zone avait été exclusivement réser- vée à la sépulture, par la suite certaines populations y ont quand même trouvé des espaces pour habiter. 

Il n’y a pas très longtemps que les auto- rités de la ville ont érigé une barrière afin de délimiter le cimetière de la zone occupée par les populations. Pour y accéder, la route goudronnée s’arrête à la lisière du cimetière et vous devez emprunter une voie à la fois boueuse et cahoteuse en cette saison de pluie. D’ailleurs certains mototaxis refusent de travailler dans cette zone, parce qu’elle est difficile d’accès. C’est d’ailleurs la litanie générale qui ressort des habitants de ce quartier lors du Conseil de quartier tenu le 17 septembre 2022 au lieu-dit « petit marché ». Conseil de quartier organisé par l’Organisation non gouvernementale « Un Monde Avenir », sorte d’arbre à palabre des populations vis-à-vis des élus locaux et chefs de quartiers. 

En effet, accéder aux bois des singes est tellement difficile qu’une femme enceinte à terme pourrait accoucher en cours de route, rien à cause des secousses du trajet. Tibokbe Mathias est l’un des doyens de ce quartier, chef de Bloc 10. À la question de savoir qu’est-ce qui vous dérange dans ce quartier, la réponse est sans ambages : « En dehors du problème des titres fonciers, on n’a pas de route, pas d’électricité, pas d’eau potable, on n’a pas de marché ». Quant à Mbilla Mbilla Claude patient, chef de quartier Bois des singes III, se vou- lant conciliant vis-à-vis des autorités avec qui il collabore, il reconnaît néanmoins  une chose : « Notre premier problème, c’est la route, et si quelqu’un pouvait faire quelque chose d’extraordinaire pour nous, vraiment, c’est de nous donner la route ». Il poursuit : « l’insécurité est récurrente, le vol, les agressions, les chefs de quartiers sommes obligés de jouer aux commandants de brigade pour sécuriser le quartier, on joue tout genre de rôle dans ce quartier qui semble abandonné à lui- même, nous veillons la nuit pour qu’il y ait de l’ordre ; le niveau d’insécurité est tel qu’un simple poste de police ne nous suffirait pas, il nous faut une brigade par rapport à l’étendue de Bois des singes ».

Le poisson qui se mord la queue Au cours de la rencontre, le conseiller municipal Ebai Collins Besong déclarait que le quartier Bois des singes a deux conseillers municipaux qui siègent à la Mairie, ce que les populations sur place ont réfuté illico presto, disant qu’elles n’ont aucun conseiller municipal, du moins qui y résiderait effectivement. 

Ce quartier qui est pourtant un vivier électoral pour le parti au pouvoir, regorge une population toute aussi composite que la société camerounaise, mais seulement ces populations disent ne voir madame le Maire que lors des campagnes électorales. 

Mieux quand elle vient solliciter leurs suffrages, leur promettant monts et merveilles. Mais une chose est certaine, l’administration y a organisé un maillage territorial en instal- lant les chefs de quartiers et les chefs de blocs. Ici, certains habitants du quartier expli- quent que l’une des raisons pour lesquelles les doléances des populations ne peuvent être satisfaites en termes d’investisse- ments publics et d’infrastructures, c’est que le statut de cette zone reste à définir. Tout ce qui y existe en termes d’infrastructures scolaires, relève des initiatives privées, à l’instar de ce Collège bilingue « Divine Star » au-devant duquel s’est tenu le conseil de quartier organisé par l’Ong Un Monde Avenir ce 17 septembre 2022. 

Looking for more Cameroon news and breaking news headlines, your search stops here. African Boulevard creates and curates unmatched Cameroon news content for you daily. Subscribe today so you never miss any Cameroon latest news.

This post was originally published on this site

Leave a Reply

Your email address will not be published.